15 novembre 2006

saint-jack à la Loulou ou recette pour "super feignasse du néandertal"

Et voila LA recette simplissime, celle que je préfère le plus, en fait elle ne le vaut bien que si 2 conditions sinéquanones et indispensables sont réunies:
-Les saint jacques ne peuvent souffrir de médiocrité, ultras fraiches, bien fermées vivantes quoi!
-il faut une cheminée, un barbecue, un pouale à bois, une locomotive ou un bateau à roues ,bref il faut du FEU et que la guerre commence!!!
-Sortir de sa grotte de bon matin bondir sur son mammouth et trottiner au marché
-blinder les sacoches du mammouth de belles saint jacques bien fraiches venues de la mar atlantica
-rentrer ventre à terre (mammouth position 5) à la hutte
-allumer le feu (bon normalement y a quelqu'un qui s'occupe de l'entretenir si ce n'est pas le cas, que le feu est crevé, foncer au bistrot le plus proche et écraser son gourdin sur l'occiput du responsable du feu qui finissait son 12eme ricard...
-retourner à la hutte
-nettoyer les saint-jacques(voir photos, comme c'est super simple on à bossé un peu plus la photo, admirez comme l'arpette pakistanais il est doué avec sa cuillère (il à aprris chez m'sieur Lorrain y parrait))
-la noix sur la coquille plate, une noisette de beurre de très bonne facture (yack ou mammouth suivant les préférences !) la coquille dans le feu 5 minutes, fleur de sel, un trait de citron et voila ça laisse le temps de vider la litière du mammouth pendant que toute la tribu se restaure bruyamment en engloutissant moult quantité de jurassic chablis









12 commentaires:

Elvira a dit…

Tu as raison: c'est comme ça qu'elles sont bonnes! :-)

Gudule a dit…

Oui bon bin comment on fait quand on est civilisé?
j'ai bien le fossile de cheminée, mais aucune chance d'y foutre le feu, j'ai le chauffage central mouaa !
J'ajoute que y a gachis dans le décortiquage, chuis sûre que vous habitez une hutte 3 étoiles..
bravo pour la pub (elle est invirable chez canalblogcon).

Estebe a dit…

Top alléchant. Je troque mon costar d'Alpaga trois pièces contre une peau d'auroch et je m'y mets, en espérant que Ginette Pierrafeux a entretenu le foyer.

Mamina a dit…

Et quand on n'a pas debraise, comment qu'on fait... pas de petit personnel, ni pakistanais, ni rien du tout... et puis pas de feu non plus... eh bien, dans ce cas là, on fait comme moi et c'est pas beaucoup plus long!

olif a dit…

Elles sont mutantes, les Saint-Jacques du Néanderthal? Parce que j'en ai vu qui avaient deux noix. Comme Tonton, tout pareil.

NB: Chablis, ce n'est pas du Jurassique, mais du kimmeridgien. En fin j'dis ça, j'dis rien! ça rime peut-être moins bien avec Néanderthal, en fait!

NB2: Estèbe en peau d'auroch et en cuisine, je pense que ça vaudrait le déplacement jusque dans sa cité lacustre, en fait!

loulou a dit…

qu'importe le cailloux pourvu qu'on ait l'ivresse....ont ils tous répondu en coeur!!! des barbares j'vous dis!!
j'avoue bien immaginer l'auguste estebe dans un costume digne du devin dans astérix (version papier of course !!)

jojo a dit…

Et après la dégustation on torture les lecteurs du blog en les faisant baver devant leur écran, c'est ça?

colette a dit…

Torture ,torture ,oh je rêve.....!miam miam

Alhya a dit…

il me manque les deux conditions sinequanones... mais je désespère pas, j'ai passé à l'instant une annonce: turtle chercher néandertal muni de cheminée et de coquilles

Clochette a dit…

Outre le fait que je sois très flemmarde, je trouve que tout de même c'est surement ainsi qu'elles sont les meilleures !!!

C'est clair ça m'arrange !
Bises et merci de cette simplissime mais prodigissime recette....

Mystery Rose a dit…

J'adore les St Jacques et ta façon de les manger est extra tentante !!!

Patrick CdM a dit…

Rien à redire, la fraîcheur, le coup de la cuiller que peu connaissent. Quant à cette cuisson, je pratique aussi de temps en temps, c'est fameux..