04 juin 2007

lolote et le cul qui ri.....

Bah dit donc ! , après de longues semaines d'absence voilà donc un retour en fanfare avec ce jeu de mots des plus improbables, mais que voulez vous on ne recule devant aucun sacrifice....Après une legère perte d'inspiration post-simaiyste louloudansloulou est de retour, fini le surimi on r'enfile le tablier et voilà donc: le tronçon de lotte au curry de noix
-La lotte : Une queue toute entière, commençer par se prendre la tête pour retirer la peau noire et gluante (si quelqu'un à un truc pour le faire sans jurer comme un charetier, on lui brulera un cierge à Fatima cet été....) , une fois la queue bien propre (ou presque, cela depend de votre patience...et on arrête de ricaner dans le fond siouplait....) la rouler dans du curry vert, et un peu de safran, laisser reposer 2 bonnes zeures .Placer la bête dans un plat, entourer de branche de celeri, ail en fine lamelle, mouiller au fino muito seco, et zo four 180°c pour une tite vingtaine de minutes, Pendant ce temps, si vous ne vous êtes pas laissez aller à gouter le blanc que vous venez d'ouvrir, vous pouvez hacher grossièrement quelques noix du jardin
gling fait le four : sortir lolote, retirer l'arrète ( l'unique c'est pour cela que j'aime bien ce poisson ) et couper en tronçon, mettre le jus de cuisson dans une casserole et faire réduire à feu furieux jusqu'a consistance sirupeuse, filtrer, ajouter les noix, reserver
Attention, roulement de tambour......placer un tronçon de lotte sur une de vos plus belles zassièttes, petite louche de sauce au noix , parsemer de feuilles de celeri haché.....voilà vous êtes enfin revenu au rang qui est le votre, bravo !

15 commentaires:

Lisanka a dit…

J'adore ta prose, surtout le coup du four qui fait gling!

Ta recette me tente beaucoup!

Tiuscha a dit…

Sympathique lecture et agréable recette ! Il y a une blogueuse qui risque de tiquer de se voir comparer (nominativement parlant) à un poisson !

Estèbe a dit…

Ben, la (le, les?) revoilà. Chouette la lolotte, même si le chapitre sur la toilette de la queue qui prend la tête est ne pas à mettre entre dans toutes les mains

A.M a dit…

oh Loulou come back, bioutifoul,

Madam Capela a dit…

Loulou à Fatima brûlant un cierge, je veux voir, donc j'y serais (le 15 août j'espère) en plus c'est le jour de ma fête ah ah quel heureux zazar !!!

Tit' a dit…

On rit et c'est bon !

Elvira a dit…

Et encore, t'as de la chance... Parce que j'ai acheté une lotte à la poissonerie du Continente de Leiria et qu'ici, au Portugal, on lui voit sa seule gueule, avant que la poissonière ne te la décapite... Le sourire vampiresque d'une lotte, ça vous ferait presque renoncer au régal que produit pourtant la bestiole en bouche...! Je n'habite pas loin de Fátima... Si tu passes dans le coin pour allumer ton cierge, viens donc boire un petit vendange tardive du Ribatejo à la maison! ;-)

Mamina a dit…

merci pour ce bon moment!

gato azul a dit…

Trop drôle (titre et compagnie) mais décourageant pour qui veut s'y aventurer. Je resterai donc au filet préparé par mon poissonier :-D - question de queues (de poisson) il s'y connaît! Beau moment de lecture, merci! Le truc du poissonier, ça mérite un cierge? J'ai besoin de plusieurs miracles!

Claude-Olivier a dit…

Du gros pour ton retour, ca ne rigole pas! Pis avec ca, quoi comme glouglou ???

Bonne soirée
Claude

eva a dit…

ahhhh, le petit verre de vin pendant la préparation d'un repas ....

olif a dit…

Oui, oui, katondonbu, avec la lolotte hermaphrodite au cul qui rit et aux noix qu'on concasse? Un petit vin du Jura, j'espère? Si tant est qu'il y en ait de petits!

mayacook a dit…

Ca doit être un vrai régal cette lotte! Pour ton soucis de dépiautage, je ne peux pas t'aider, je t'avoue que je l'ai fait faire la dernière fois...

loulou a dit…

Katondonbu......bah c'est une bonne question, on a un peu oublié la photo, chablis william fevre "montée de tonnerre" j'adore rien que le nom...tout un programme.....

Patrick CdM a dit…

Très bien la recette; et puisqu'il faut être partout, la peau noire s'enlève comme un gant Mapa ou une chaussette; il faut juste tenir la bête avec deux chiffons. Le plus teigneux, c'est plutôt la peau translucide qui est teigneuse. L0, une paire ce ciseaux, tu soulève la peau en la pinçant, puis tu coupes, et tu fais le tour de la bestiole comme çà, j'ai pas trouvé mieux pour l'instant..