26 mars 2006

Dimanche c'est poisson !



Pourquoi ? bah c'est le jour du marché donc la seule solution "poisson frais " de la semaine
nous avions donc : Une sole meuniere pour la petite chérie avec de la purée maison (les enfants n'aiment pas le poisson pacekeyadesaretes... remède tout retirer les arrêtes et après reconstituer le poisson, voir remetre la queue c'est plus jolie !)





et pour les autres : filet de Daurades cuit sous vide (voir épisodes précédents) jus de canard vinaigre basalmique et la même purée maison (remarquez la fine tranche de pancetta rotie au four sur la purée c'est joli non?)
Don Diégo de la Véga nous a gratifié d'un Meursault Marc Rougeot-Dupin 2001 (connaisais pas) tout à propos (ah Vanity il fallait abandonner le fer à repasser !!!)

3 commentaires:

CoinCoin a dit…

Les photos sont superbes !

Don Diego de la Vega a dit…

test comment

Don Diego de la Vega a dit…

Pour revenir à la lotte et les remarques tintées de déception du dimanche passé et dépassé :
On éxagère toujours ses échecs, on s'emporte vers les limbes du désespoir pour pleurer toutes les larmes de sont corps telle une souffrance nécéssaire pour s'autoriser à revenir à la vie. Bof!... on bavarde trop dans le désespoir, à flairer le premier précipice qui passe. Enfin bref tout ça pour dire que finalement pour du cabillaud c'était très bien!

Pour ce qui est du rouget, ça c'était autre chose que ces airs martiaux qui nous pousserait à flinguer le premmier voisin qui passe et le jeter dans le premier sillon de terre boueuse.n
Non c'était du rond, comme le Meursault, du sacadé. Nos seules armes, citoyens, couteau et fourchette. Seule victime à déplorer: le rouget. Encore que j'en connais qui, si elles ne se mettent pas au ferre au plus vite et avec le sourire gracieux de la reconnaissance, finirons aux plats rechauffés de M.Jean et avec de copieuses soirées Word à devenir fou à lier, on se comprend.