17 juillet 2007

une lotte, des cepes, vive l'automne......

En plein début de dépression devant le BBQ rempli d'eau et le sac de charbon de bois humide servant de refuge à quelques gourmandes limaces, on decida donc dans un dernier sursaut avant la corde de s'enfermer dans la cuisine, après avoir fermer les volets et allumé un piti feu pour secher nos shorts mouillés et nos tongs imbibées de boue devant la cheminée. Nous voilà partis pour un bon plat de saison en ce début de mois de novembre: Le tronçon de lotte en croute de cepes et son ragout de lentilles

-La queue de lotte: on ne reviendra pas sur le degré de pénibilité pour enlever toutes les peaux gluantes, mais bon, courage, y faut le faire, ensuite après avoir enlever l'arête, couper de beaux morceaux, et résever au frais
-Passer une belle poignée de cepes secs au wizzzzzzer pour en faire une sorte de poudre odorante, rouler les tronçons de lotte dedans
-Cuire des lentilles vertes de le puy, avec oignon, carotte, bouquet garni
-faire revenir au beurre des petits lardons, une carotte et un oignon rouge coupé finement, ajouter les lentilles zégoutées
-Prélever deux poignées de lentilles et les passer au mixer avec de la crème liquide, filtrer : Et hop ! voilà le zu.....
-secher au four entre deux plaques de fines tranches de ventrèche
-Dans une pouale cuire les tronçons de lotte panée doucement au beurre, au bout du temps qu'il faudra pour que ce soit doré...mettre au four pour que la température à coeur approche les 50 °c (ça c'est le détail qui tue....que celui qui y arrive avec son petit thermomètre, la tête dans le four nous fasse signe on lui donnera une médaille )
-quand la lotte est cuite trancher l'entame pour faire apparaitre la belle couleur nacrée de la bête, jeter négligeament ledit tentam au chat ( c'est très chic) ou à un des convives affamé (c'est moins classe j'en conviens) et servir dignement, simplement vêtu d'un gros pull en cachemir et double paire de chausettes en laine et chantonnant pour se réchauffer cette petite comptine de Desproges
-Nous irons au Mexique pour voir trembler la terre quand les fêlés du ballon s'éjaculent des vestiaires.
-Nous irons à Rio compter les enfants pauvres avant d'aller danser en bermuda résille.
-Nous irons à Jérusalem comme à Berlin nous lamenter au pied du mur.
-Nous irons au fond du désert compter les bouts d'hélicoptère oubliés cet hiver sous la poussière automobile.
-Nous irons au fond des Carpates pour frissonner au loup-garou et voir s'enfiler les blattes dans le cimetière aux hiboux.
-Nous irons à Tananarive, pour voir si ta nana revient.
-Nous irons à Pekin pour bouffer chez Maxim's et pour voir si la Chine commence à s'habiller Cardin.
-Nous irons au bout du monde ...
-Nous n'irons plus au Liban, les cèdres sont coupés, les enfants que voilà ne savent plus chanter.

et bonnes vacances chez vous........









Posted by Picasa

6 commentaires:

Madame Capela a dit…

c'est vrai qu'on à connu des mois de novembre plus beaux que ce juillet pourri, mais cool Loulou bientôt ce sera août et son soleil caniculaire au Portugal avec belle-maman, c'est pas bioutifoul ça!!!!

Madame Capela a dit…

pour se rechauffer il y a aussi l'option fer à repasser, de la science fiction pour certains mais j'ai pu lire sur d'autres blogs que je ne suis pas la seule grande malade à pratiquer cette exitante activité des nuits d'insomnie (oui Mamina et turtle moi aussi des fois mais très rarement).

Rosa's Yummy Yums a dit…

Ce plat est sublime! Le lard, les cèpes et le poisson se marient à merveille!

Edith a dit…

Je culpabilise avec mes 35° à l'ombre mais je note ta recette pour le mois de novembre, le vrai.
Courage

Dominique a dit…

C'est un très joli plat et une très bonne idée, cette recette me plait beaucoup. Effectivement vu le temps en ce moment, c'est vraiment un plat de saison !!!

Alhya a dit…

rohhh, c'est classe, Loulou, chui pour les décalages de saison. Et puis je garde le coup de la lotte à la poudre de cèpes, au pire, j'utiliserai la clim que je me suis acheté au cas où l'option canicule pointerait son ombre. en attendant, elle décore, et c'est joli une clim, y'a pas à dire